Languages, langues: Philippe Faucon, Fatima


Directed by Philippe Faucon
Opens August 26th

An interview with the director (English translation)

A bit neorealist and a bit cinéma vérité, a bit documentary and a bit new wave, a bit political and a bit sociological, a bit delicate and daring as well, Fatima, the new film by Philippe Faucon, is also an utterly tender and engaging work, and one that should be not merely seen, but also lived—for despite the complexity of the themes at its core, this touching film is mostly heart, full of life.

I recently had the chance to ask Faucon a few questions about this new film of his, which has been energetically praised and discussed in France and at various festivals since it won the prestigious César prize for best film this year. Its US release date is slated for this week.

Faucon and I shared our thoughts with one another in French. Here is my English translation of our exchange, followed by the original French text.

* * *

Your film deals with themes and subjects of great social, political and historical relevance these days—immigration, integration, generational misunderstandings, everyday misunderstandings pertaining to language, the economic stratification of society—yet you handle them all with marked subtlety. One might even say it was necessary for you to handle them as such. Does that ring true?

Yes. A film is not a sociology or political science course. Even when you’re employing cinematic means to deal with current events of a political or societal nature, you’re still creating a narrative involving characters. What’s important is to manage the make the characters really exist, to imbue them with all the complexity, depth, and humanity that convincing characters should have.

Since you began making this film, and even more recently since you finished it, the film’s various themes have become increasingly complicated, fraught, fragile matters, and not only in France. Can I ask you to comment on that?

We’re living in an era of crisis and difficulty. Thus this era, like similar eras before it, carries with it certain dangers of not just breakdowns in society, but also of demagoguery and accountability. What’s necessary is to find the proper means of defusing dangers such as these.

You worked with a very particular set of literary sources for this film. How did you come across Fatima Elayoubi’s writings?

This project was initially proposed to me by a French producer, Fabienne Vonier, who has since passed away. I wasn’t familiar with the author or her book at that time, but Fabienne was really struck by Elayoubi’s personality and strength of character when she heard her talking about her book on the radio. Fabienne encouraged me to read the book, and then I started working on a script. In the meantime Fabienne, who was ill at at the time, got to a point where she no longer had the energy to handle the project, and she proposed that I keep working on it as producer as well.

Certain aspects of the film are also important or relevant to you on a familial level, right? The constant presence of various languages being spoken, for example? This seemed to me a crucial detail in the film, especially in the exchanges between Fatima and her daughters.

Fatima came to France from Morocco toward the end of the 1980s without knowing how to speak French. She did cleaning jobs for all her working life in France, sometimes in as many as three different places in a day, which didn’t allow her time to attend the evening courses in French language that are offered to immigrants. She had two daughters in France, both of whom have been speaking French since they first learned how to talk. As such, over the years, Fatima found herself more and more separated from her daughters on the very level of language. It was for this reason that she began to write her book, to express in Arabic that which she couldn’t properly express to her daughters in that language, as they hadn’t ever sufficiently mastered it. In Fatima’s book and in her as well, I found many things that brought to mind my own family’s history. My grandparents came to France from Spain by way of Algeria, and they also came without knowing how to speak French. In France, where they had come to work, they found themselves in a situation of ‘invisibility,’ much like that of Fatima. They also had children in France (and then grandchildren as well, myself among them), and they experienced the same kind of language-related separation as Fatima and her daughters.

How was your film received in France, or in Europe more generally—outside of the festival circuit, that is. Was there real interest among mainstream audiences? How do you hope for your film to be received in the US?

I’ve traveled around with the film a great deal, in France as well as abroad, and I’ve been truly struck by the amount of interest it has generated on a thematic level, and by the range of audiences that are touched by the performances of the three main actresses, and by how they bring their characters to life on the screen. I hope for American audiences to be as moved by the story of Fatima and her daughters.

Festivals? Other films? Scripts in the works? What other projects are on your horizon?

I’m currently working on a miniseries for Arte, a French-German television network. It will consist of three episodes that recount, through a kind of familial novel spanning three generations, three intense moments in French society with relation to questions of sexuality.


Un entretien avec le réalisateur (texte original)

Un peu néoréaliste, un peu cinéma vérité, un peu documentaire, un peu nouvelle vague, un peu politique, un peu sociologique, un peu délicat, un peu audacieux, et absolument tendre, prenant et touchant, Fatima, le nouveau film de Philippe Faucon, n’est pas seulement un film à voir, mais aussi un film à vivre—parce que malgré des thématiques évidemment difficiles, le film est aussi vraiment plein de cœur, esprit, vie.

J’ai eu l’occasion de poser des questions à Faucon, réalisateur de ce film dont on parle beaucoup en France et chez des festivals—il a gagné le très prestigieux Prix César, par exemple, comme meilleur film—et qui va sortir prochainement ici aux États-Unis.

* * *

Votre film s’agit de certains thèmes et sujets très socialement, politiquement et historiquement importantes et au courant aujourd’hui—l’immigration, l’intégration, les malentendus entres les générations, les malentendus quotidiens de langue, la stratification économique de la société—mais vous les présentez de manière très subtile, très légère. On dirait que c’était essentiel pour vous de traiter ces thèmes comme ça. Il est vrai?

Oui, parce qu’un film n’est pas un cours de sociologie ou de politique. Même lorsque l’on s’intéresse par les moyens du cinéma à des questions contemporaines, politiques ou sociétales, un film est avant tout un récit, qui confronte des personnages. Et l’important est de réussir à faire exister ces personnages, avec tout ce qui fait l’intérêt d’un personnage : des complexités, une profondeur, une densité humaine.

Depuis que vous avez commencé et même fini de faire ce film, tous ces sujets sont devenus de plus en plus chargés, compliqués, fragiles, et pas seulement en France. Pouvez-vous en commenter?

Nous vivons une époque, qui comme toutes les époques de crise et de difficultés, est porteuse de dangers, de risques de fractures sociétales, de désignations démagogiques de responsables. Et il est nécessaire, bien sûr, de trouver les moyens de désamorcer ces dangers.

Vous avez travaillé avec des sources littéraires très particulières pour faire ce film. Comment avez vous trouvé les écrits de Fatima Elayoubi?

Á l’origine, ce projet m’a été proposée par une productrice française, Fabienne Vonier, qui aujourd’hui est décédée. Je ne connaissais ni le livre ni l’auteur, mais Fabienne Vonier avait été frappée par la personnalité très forte de Fatima Elayoubi, qu’elle avait entendue parler de son livre à l’occasion d’une émission de radio. Fabienne m’a suggéré de lire le livre et j’ai commencé à travailler sur un scénario. Entre-temps, Fabienne, qui était malade, n’a plus eu la force de porter le projet et elle m’a proposé de le reprendre également comme producteur.

Certains aspects du film sont même d’une importance ou rélévance familiale pour vous, n’est ce pas? La présence continue de plusieurs langues, par exemple? Cela me semblait un détaille fondamentale dans le film, surtout dans les échanges entre Fatima et ses filles.

Fatima Elayoubi est venue du Maroc en France vers la fin des années 1980, sans parler le français. Elle a fait des ménages pendant toute sa vie de travail en France, quelquefois à trois endroits différents dans une même journée, ce qui ne lui laissait pas toujours la possibilité d’être présente le soir aux cours de langue française donnés aux migrants. En France, elle a eu deux filles, qui parlent le français depuis qu’elles ont appris à parler. Ainsi, au cours des années, Fatima s’est retrouvée dans une sorte de séparation par la langue de plus en plus marquée avec ses filles. Elle a donc commencé à écrire ce livre pour exprimer en arabe ce qu’elle ne pouvait plus exprimer dans cette langue à ses filles, qui ne la maîtrisaient pas suffisamment. Dans le livre de Fatima et aussi chez elle, j’ai retrouvé beaucoup de choses qui m’ont renvoyé à ma propre histoire familiale. Mes grands-parents sont venus d’Espagne en France, en passant par l’Algérie, sans parler eux non plus le français. En France, où ils étaient venus apporter leur travail, ils étaient dans cette même situation “d’invisibilité” qui a été celle de Fatima. Et ils se sont retrouvés avec leurs enfants nés en France (et plus encore avec leur petits-enfants, dont moi) dans cette même coupure par la langue que celle que Fatima a connue avec ses filles.

Comment c’était la réception du film en France, ou dans l’Europe—au dehors des festivals, je veux dire. Y-a-t-il un fort intérêt pour le public général? Qu’est que vous espérez que l’on voie dans votre film ici, aux États-Unis?

J’ai beaucoup accompagné le film, non seulement en France, mais aussi à l’étranger et j’ai été frappé de voir qu’au delà de l’intérêt qu’il peut provoquer sur les questions ou les thématiques qu’il aborde, il touche fortement des publics très différents par l’interprétation des trois comédiennes principales et la façon particulière dont elles ont donné vie à l’écran à leurs personnages. J’espère que le public américain sera lui aussi sensible à l’histoire de Fatima et de ses filles.

Des festivals? Des autres films? Des scénarios en marche? Quels sont les autres projets à votre horizon?

Je travaille sur une mini-série pour la chaîne de télévision franco-allemande Arte, qui raconte en 3 épisodes, à travers une sorte de roman familial sur 3 générations, 3 moments de crispation de la société française vis à vis de la différence sexuelle.

Film stills and official trailer courtesy Kino Lorber.

Paul D’Agostino is @postuccio on Instagram and Twitter.

Around Brooklyn

See More